vendredi 15 mars 2013

Un message de la part de Jessica Caruso, sexologue-éducatrice et collaboratrice du numéro 21 du magazine ''Ça s'exprime'' portant sur la bisexualité

Depuis 2008, je m'implique activement dans la communauté LGBT montréalaise, à travers (entre autre) Jeunesse Lambda et AlterHéros. J'ai participé à beaucoup d'évènements de la communauté (Gala Arc-en-ciel, Journée de visibilité lesbienne, REJAQ, Journée communautaire, formations du GRIS-Montréal, etc), ce qui m'a permis d'être en contact avec la majorité des organismes communautaires de la région. J'ai vu tout ce que le milieu communautaire avait à offrir et je suis grandement touchée par cette mobilisation sans pareille pour la cause LGBT. Par contre, je trouve que le « B » est, plus souvent qu'autrement, grandement oublié. Les personnes bisexuelles sont trop invisibles dans la communauté LGBT et d'autant plus dans son penchant hétérosexuel. Et pourtant! Le peu d'études qui ont été faites sur le sujet estiment le nombre de personnes bisexuelles à plus de 10%! Où sont ces gens et pourquoi en parlons-nous si peu? Je ne crois pas que leur invisibilité provienne d'une volonté délibérée de les exclure ; je pense plutôt que la bisexualité se fond dans la vision dichotomique tant répandue que la société a de l'orientation sexuelle. Après tout, une fille en relation avec un gars sera vue comme hétérosexuelle et cette même fille en relation avec une autre fille sera vue comme lesbienne. Je crois qu'une conception flexible, malléable et changeante de l'orientation sexuelle est encore trop peu acceptée. Donc d'une part, c'est cette méconception ou méconnaissance de l'orientation en soi qui m'a motivée à produire ce numéro.

D'une autre part, on observe une popularité grandissante de la bisexualité chez les jeunes filles. Depuis quelques années seulement, la bisexualité (chez la femme seulement) est cool et synonyme d'ouverture. Mais lorsqu'on parle de bisexualité ici, on adresse seulement le côté sexuel. Une fille qui embrasse une autre fille, c'est cool. Une fille qui fait un trip à trois, c'est très cool. Mais la mode s'arrête là. Une fille qui sort avec une fille, ça devient une lesbienne. Bon, je généralise, mais tout ça pour dire que la mode bi n'est pas tant une célébration de la bisexualité que la popularité grandissante du plus grand fantasme masculin de tous les temps!

C'est donc pour démystifier ce qu'est la bisexualité en tant qu'orientation sexuelle de ce qu'est la mode bi que j'ai rédigé le rapport. Je crois que la bisexualité mérite une plus grande place dans l'espace public.

Je crois qu'il est difficile pour les personnes bisexuelles de se trouver un endroit où appartenir. Ces personnes vacillent d'une communauté à une autre, souvent selon leur partenaire du moment. Mais appartiennent-elles vraiment à l'une ou à l'autre? J'ai entendu maintes fois des filles lesbiennes dire qu'elles ne sortiraient pas avec une fille bi par peur de se faire tromper ou des hommes gais dire qu'un homme bi est juste un gai qui ne s'assume pas. Pour s'intégrer à la communauté LGBT, beaucoup sentent qu'ils doivent prouver qu'ils sont réellement bisexuels. La méconception est existante autant dans la population générale que dans le milieu LGBT. Je crois donc qu'il faut en parler pour permettre une meilleure compréhension et, éventuellement, acceptation de cette orientation sexuelle. Et j'espère que ma revue aidera un peu cette cause!


Jessica Caruso
Sexologue, M.A.
caruso.jessica@hotmail.com
514.298.5147

0 commentaires:

Publier un commentaire