jeudi 14 mars 2013

Elliot Loves, un film à découvrir

par Jean-Yves Rehby

Dans le cadre de la deuxième édition de Vues Parallèles, le festival de cinéma LGBT de Québec, plusieurs membres du GGUL ont eu la chance de visionner le film Elliot Loves de Gary Terracino (2012), dimanche 10 mars dernier à la salle bleue du Périscope.

Ce film charmant et rafraîchissant a été primé au festival du film LGBT d'Indianapolis et au festival du film gay et lesbien de Miami. Il décrit les échecs sentimentaux de Elliot, latino-américain de 21 ans, incorrigible romantique qui tombe amoureux fou de chacune de ses conquêtes d'un soir.

À coup de retours en arrière amples où l'on voit principalement Elliott à 9 ans, on découvre la situation familiale d'où il est originaire, ce qui nous permet, par petites touches, de comprendre son rapport à l'amour à l'âge adulte. Elliot est en effet le fils d'une mère monoparentale immature et mythomane... entre autres. Et là encore, quelques retours en arrière nous font entrevoir d'où elle-même vient.

Ce film a l'immense qualité de ne pas nous prendre par la main pour nous imposer de grandes explications, mais au contraire de nous distiller l'information afin qu'on puisse soi-même faire ses recoupements et ses déductions.

Les acteurs sont confondants de naturel, et si certaines scènes tiennent du cliché, on s'en amuse plus qu'on ne s'en offusque. Plusieurs trouvailles visuelles très intéressantes et quelques passages hilarants rythment cette comédie dramatique, où la violence domestique, les abus verbaux et les chicanes familiales sont montrés sans ambages. Quelques longueurs malaisantes auraient sans doute pû être évitées, quoiqu'on puisse comprendre que le réalisateur ait voulu laisser le temps à ses personnages d'interagir pour présenter leur psychologie au spectateur.

En définitive, ce film réalisé avec un budget infime est une belle découverte, pour laquelle le GGUL dit à Vues Parallèles : « Merci ! »

La bande annonce du film est visible sur YouTube ici.

0 commentaires:

Publier un commentaire