mardi 10 avril 2012

Le GGUL en quelques dates

1978 : Jacques Benoît lance un appel sur les babillards du campus. Fondation du GGUL.

1979 : Le Groupe traduit de l'anglais l'œuvre d’Andrew Hodges et David Hutter et la publie sous le titre « Le silence inouï des homosexuels : aspects de l'auto-oppression homosexuelle ». Le local du GGUL est situé au 0519 du pavillon Lemieux.

1984 : Le GGUL a maintenant ses lettres patentes, il est par conséquent incorporé.

1985 : Le GGUL publie « Pour le souvenir d'un triangle rose » et « Couple gai et familles québécoises : couple comme les autres ? »

1986 : Le Groupe se fait voler 3 classeurs et leur contenu ; il prend une résolution pour la gestion de ses archives administratives.

1991 : Le GGUL perd son local au profit des Prêts et bourses et du Grand Salon. Les membres ne reçoivent pas de local en compensation.

1993 : Le GGUL siège au local 1248 du pavillon Charles-De-Koninck. Plus tard dans l'année, la CADEUL accorde un local au GGUL.

1995 : Le GGUL organise l'exposition « Images » pour la lutte contre le SIDA.

1996 : On voit apparaître au sein du groupe un comité d'éducation. Ce dernier passe dans différents cégeps et écoles secondaires pour informer, sensibiliser la population à la réalité homosexuelle, mais aussi et surtout pour venir dire aux homosexuels de ces milieux qu'ils ne sont pas seuls.

2002 : Le GGUL produit une murale dans les tunnels souterrains de l'Université Laval. Il présente un mémoire à la Commission parlementaire sur la Loi instituant l'union civile des personnes de même sexe et modifiant le Code civil et d'autres dispositions législatives. Il devient également membre fondateur du REJAQ (Regroupement d'Entraide pour la Jeunesse Allosexuelle du Québec).

2003 : 25e anniversaire du GGUL. La murale et le local du GGUL sont victimes de vandalisme.

2011 : La murale est repeinte. Création d’un comité de création littéraire qui mènera à la publication d’un recueil de textes.

2012 : Pour la première fois, le GGUL produit deux spectacles bénéfice dans la même année.

Le saviez-vous?

· La citation suivante explique en partie le choix du nom du groupe en 1978 :

« Notre groupe a préféré s’appeler « gai » plutôt qu’ « homosexuel » puisque le mot « gai », un américanisme qui désigne tout(e) homosexuel(le) acceptant son homosexualité et décidant de la vivre ouvertement, correspond davantage à la démarche de ses membres. Le terme « homosexuel », qui met l’emphase sur le sexe, est l’héritage que nous a laissé la psychiatrie du siècle dernier. »

(Article/Communiqué de presse, Fonds P318 Groupe gai de l’Université Laval, Archives de l’Université Laval)

· La bibliothèque dans le local du GGUL est née grâce au projet d’action communautaire « Vivre gai à Laval », qui avait pour but de sensibiliser, de renseigner et d’accueillir les homosexuelLEs du campus.

· Le drapeau arc-en-ciel est né la même année que le GGUL, soit 1978.

0 commentaires:

Publier un commentaire