samedi 1 décembre 2012

Semaine de sensibilisation au VIH - sida : projection de films et discussions sur le VIH-sida

Dans le cadre de la Semaine de sensibilisation au VIH - sida sur le campus de l'Université Laval, nous vous convions à une soirée films et discussion à 18h00 au local 3105 du pavillon Maurice-Pollack. Les films projetés sont : 
  • ''Rent'' en version originale sous-titrée en français, 
  • ''Jeffrey'' en version originale sous-titrée en anglais. 
 L'évènement Facebook est ici : http://www.facebook.com/events/210280625773203/

jeudi 29 novembre 2012

Semaine de sensibilisation au VIH - sida : Kiosques

Dans le cadre de la Semaine de sensibilisation au VIH - sida sur le campus de l'Université Laval, nous vous convions à visiter nos kiosques vendredi 30 novembre de 10 h à 16 h, au rez-de-chaussée du pavillon Bonenfant et au niveau 0 du pavillon De Koninck.
  • Distribution gratuite de rubans rouges, condoms et dépliants,
  • Prise de photos pour exprimer votre solidarité auprès des personnes vivant avec le VIH-sida dans un Groupe Facebook : https://www.facebook.com/groups/568041236546654/
  • Collecte de dons pour le programme Vélo-sida.
L'évènement Facebook est ici : http://www.facebook.com/events/301044326672098/

mercredi 28 novembre 2012

Semaine de sensibilisation au VIH - sida : panel de discussion le jeudi 29 novembre

Dans le cadre de la Semaine de sensibilisation au VIH - sida sur le campus de l'Université Laval, un panel de discussion avec 4 personnes vivant avec le VIH et un intervenant du MIELS-Québec vous est proposé jeudi 29 novembre (11h30 à 13h00) au local Local 2855B (pavillon Ferdinand-Vandry). Pizza gratuite (premier arrivé, premier servi)
Le programme complet de la semaine ici : http://www.ggul.org/semaine-de-sensibilisation-au-vih-sida/

lundi 26 novembre 2012

Semaine de sensibilisation au VIH - sida : conférence mardi 27 novembre à 11 h 25

Dans le cadre de la Semaine de sensibilisation au VIH - sida sur le campus de l'Université Laval, une deuxième conférence sera présentée mardi 27 novembre de 11 h 25 à 12 h 25 au local 3464 du pavillon Alphonse-Desjardins. Proposée par Catherine Blais, du Projet Intervention Prostitution Québec (PIPQ), elle s'intitule « Prostitution : démystifions les travailleurs et travailleuses du sexe »

Le programme complet de la semaine ici : http://www.ggul.org/semaine-de-sensibilisation-au-vih-sida/

Semaine de sensibilisation au VIH - sida : conférence lundi 26 novembre à 17 h.

Dans le cadre de la Semaine de sensibilisation au VIH - sida, la première activité tenue sur le campus de l'Université Laval aura lieu lundi 26 novembre de 17 h à 22 h 30 au local 2326 du pavillon Maurice-Pollack. La Dre Marie-Ève Goyer, du CHUM, présentera la conférence « Abus, dépendances et VIH ». Le programme complet de la semaine ici : http://www.ggul.org/semaine-de-sensibilisation-au-vih-sida/

dimanche 25 novembre 2012

Soirées discussion du PRISME

Le PRISME (programme de référence, d'information et de soutien masculin entre pairs), mis sur pied par MIELS-Québec, est heureux d'annoncer que les horaires et thèmes des soirées discussion sont maintenant décidés. Vous pouver consulter le programme en ligne sur leur site : http://www.miels.org/prisme/discussion

vendredi 23 novembre 2012

L'Université Laval se mobilise pour la semaine de sensibilisation au VIH - sida.



En vue de souligner la semaine de sensibilisation au VIH-sida, le Groupe gai de l’Université Laval (GGUL), le Mouvement d’information et d’entraide dans la lutte contre le VIH-sida à Québec (MIELS-Québec), Sexperts, PharmaSII et l’Entraide universitaire mondiale du Canada de l’Université Laval (EUMC Laval) invitent la communauté universitaire à participer aux activités prévues sur le campus de l’Université Laval la semaine du 26 novembre. Le programme complet sur le site du GGUL : http://www.ggul.org/semaine-de-sensibilisation-au-vih-sida/

mardi 30 octobre 2012

Lea T, mannequin transsexuelle dans le catalogue Simons, sur LaPresse.ca

Un article qui a attiré l'oeil de plusieurEs membres du GGUL, à lire sur LaPresse.ca. Soulignons la volonté affichée par la maison Simons de ne pas en faire toute une affaire.

vendredi 26 octobre 2012

Identité sexuelle des enfants : leur vie en mauve, sur LaPresse.ca

Un article à lire, sur un sujet encore trop souvent ignoré : L'article sur LaPresse.ca

[Vidéo] Le projet Laramie au Théâtre du Trident

Une pièce que les membres du GGUL ont bien hâte d'aller voir, et que nous vous recommandons !  Voir la présentation sur Youtube.

Mises en candidature pour le gala Phénicia

Les détails dans cette publication sur le Facebook de Fugues

lundi 22 octobre 2012

Les résultats du Gala Arc-en-Ciel

Le Gala Arc-en-Ciel  a eu lieu samedi au théâtre Corona à Montréal. Le GGUL y était en candidature pour le prix du « Groupe par excellence », le projet de création littéraire / recueil de textes du GGUL était en lice pour « Projet par excellence », et la présidente du Groupe, Anne-Sophie Ruest-Paquette, était finaliste pour la « Relève par excellence », prix qu'elle a remporté !
Nous sommes très heureux et honorés d'avoir été en nomination pour les deux premières catégories, et très fiers d'Anne-Sophie, dont le dévouement à la cause des personnes LGBTQ (et à la cause des êtres humains en général) est ainsi reconnu et souligné !

dimanche 21 octobre 2012

Une photo qui résume bien l'état des lieux en termes d'acceptation des dons de sang des gais... prise II !

Donc, la précédente photo ayant dû être retirée pour des questions de droits d'auteurs, une nouvelle version a été réalisée : ici.

jeudi 18 octobre 2012

Thérapie de réorientation sexuelle, vraiment ?

Pendant que plusieurs organismes travaillent d'arrache-pied à démystifier et faire accepter l'homosexualité dans les établissements scolaires, il semble que certains aient décidé de ramer à contre-sens : Conférence sur les thérapies de réorientation sexuelle sur lapresse.ca

mercredi 17 octobre 2012

Une photo qui résume bien l'état des lieux en terme d'acceptation des dons de sang des gais par Héma Québec

Un ami a posté ceci sur son mur, je pense que ça résume bien la situation présente : 
http://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152176014415015&set=a.10152175890225015.912670.577745014&type=1

lundi 15 octobre 2012

S'impliquer au GRIS-Québec

Le GRIS-Québec est présentement en recherche de bénévoles. Pour s'impliquer auprès de cet organisme, rendez-vous au http://www.grisquebec.org/simpliquer.html !

Deux articles de La Presse

Deux articles de La Presse, qui démontrent l'étendue du travail restant à accomplir en matière de lutte à l'homophobie en milieu scolaire :

dimanche 14 octobre 2012

Un an dans le rôle d'un gai

Aux États-Unis, dans la «Bible Belt», où le fondamentalisme chrétien est le plus présent, un hétérosexuel, élevé dans la croyance que l'«homosexualité est une abomination», décide de vivre un an en jouant le rôle d'un homosexuel. Son récit dans cet article du Guardian témoigne de son humilité et de son humanité... ainsi que de sa profonde foi.
www.guardian.co.uk/world/2012/oct/13/bible-belt-conservative-year-gay

dimanche 7 octobre 2012

Recueil 2012-2013 du comité de création

Le recueil de textes produit l’an dernier le confirme : les membres du GGUL débordent de talents! Étant donné le succès de ce premier projet de création, il été envisagé de permettre aux membres de se rallier de nouveau afin d’autoproduire un second recueil, cette fois de plus grande envergure (textes et images). Le mandat du comité de création 2012-2013 est donc d’adopter ou de modifier les propositions soumises par le comité estival de création littéraire, puis d’entamer les démarches nécessaires à l’autoproduction d’un recueil de textes et d’images (ex. sélection d’une maison d’impression, obtention de commandites, évaluation et sélection des textes et images soumis, etc.).


Appel de soumission d’œuvres pour le recueil 2012-2013


Le comité de création invite désormais les membres en règle, c’est-à-dire les membres ayant payé leur cotisation de 10$ pour l’année 2012-2013, à soumettre leurs œuvres écrites ou graphiques à des fins de publication dans le deuxième recueil du GGUL, lequel sera subdivisé en trois parties : recueil de témoignages réels ou fictifs pour la conception d’un spectacle théâtral, recueil d’œuvres visuelles, recueil de textes divers. À cette fin, nous vous invitons à consulter tous les détails (consignes, échanciers, etc.) en suivant le lien suivant : Appel à soumission d'oeuvres 2012-2013

jeudi 4 octobre 2012

Vers une communauté scientifique réunie autour de la diversité sexuelle



Chères et chers membres de la communauté universitaire,
 
L’an dernier, le GGUL a mis sur pied un réseau scientifique réunissant les membres du GGUL, de même que les chercheurEs, étudiantEs, chargéEs de cours et assistantEs de recherche de l’Université Laval qui s’intéressent à des questions pertinentes à la diversité sexuelle.

Fondé en 1978, le GGUL est le plus ancien groupe gai universitaire toujours actif au Québec. Créé par et pour les étudiantEs gais, lesbiennes et bisexuelLEs (LGB) de la communauté universitaire, le GGUL est une ressource reconnue en matière de diversité sexuelle. Le groupe est également ouvert aux membres du personnel, aux non-étudiantEs, aux personnes transgenres (T) et aux personnes hétérosexuelles. Forte de près d’une centaine de membres annuellement, l’association valorise la diversité sexuelle au sein de la communauté universitaire et de la région de la Capitale-Nationale.

Le réseau scientifique que nous avons mis sur pied a pour but de faciliter le réseautage et le partage d’informations chez les divers acteurs du campus qui se penchent, d’un point de vue théorique ou pratique, sur les connaissances, services ou politiques propres aux populations LGBT d’ici ou d’ailleurs.

La première activité du réseau scientifique se déroulera le jeudi 18 octobre prochain sous la forme d’un 5 à 7+ au local 5325 du pavillon Charles-De-Koninck. Cette activité est gratuite ; un léger goûter sera servi.

Michèle Modin, coordonnatrice de l’équipe de recherche Sexualités et genres : vulnérabilité et résilience (SVR) ainsi que de la Chaire de recherche sur l’homophobie de UQAM, nous présentera le programme des bourses du SVR, de même que les possibilités de stages à la Chaire de recherche en question. Ensuite, Valérie Demers, une doctorante à l’École de psychologie de l’Université Laval ayant complété un stage à cette Chaire de recherche, témoignera de son expérience en tant que stagiaire. Nous en profiterons également pour discuter des possibilités et limites du réseau scientifique du GGUL, notamment afin de convenir d’un calendrier d’activités pouvant répondre aux besoins et attentes de ses membres. Nous envisagerons, entre autres, la possibilité de soumettre une proposition de colloque au congrès de l'Acfas 2013 (prévu sur le campus de l'Université Laval au mois de mai prochain) ainsi que de faire publier un collectif scientifique portant sur la diversité sexuelle.

Les intéresséEs sont priéEs de compléter le formulaire d’adhésion au réseau sur le site web du GGUL : http://www.ggul.org/reseau-scientifique/.

Veuillez agréer mes salutations les plus distinguées,

Anne-Sophie Ruest-Paquette
Présidente du Groupe gai de l’Université Laval (GGUL)

Nos activités (session automne 2012)

Le programme des activités du GGUL pour la session d'automne 2012 est en ligne, vous pouvez le consulter ici. Mais attention... il se pourrait que des activités-surprise s'ajoutent à celles incluses dans ce dépliant! Restez à l'écoute!

Un vidéo inspirant

Voici le vidéo d'une chanson en arabe (avec sous-titres en anglais) par le chanteur libanais Wael Kfoury : http://www.youtube.com/watch?v=7DatGHwfxGI Un très beau texte, accompagné de jolies images.

mercredi 3 octobre 2012

Une présentation des membres du CA

C'est lors de l'Assemblée Générale Annuelle du 12 septembre dernier que les membres du GGUL ont élu un nouveau CA. Nous vous invitons à lire une présentation de chacunE des membres du CA sur le site du GGUL !

Ouverture du local du GGUL!

Bonne nouvelle! Notre local (2223 du pavillon Pollack) est maintenant ouvert presque constamment de 9 h 00 à 18 h 00 du lundi au vendredi, à l'exception de quelques plages horaires où la présence de bénévoles n'est pas encore assurée. Au plaisir de vous y voir!

vendredi 21 septembre 2012

Une charte rénovée pour le GGUL

Depuis l’été 2011, les membres du GGUL ont passé la charte du Groupe au peigne fin, investissant leur temps et leurs efforts en vue d’y apporter des modifications jugées pertinentes. Cette démarche a été entamée dans le cadre d’un comité estival consultatif en 2011, puis poursuivie sous la forme d’un comité de révision de la charte (2011-2012), de deux Assemblées générales spéciales (10 avril 2012, 15 mai 2012) et de l’Assemblée générale annuelle 2012-2013 ayant eu lieu le 12 septembre dernier. Ces initiatives ont permis aux membres d’exprimer leurs avis, d’en débattre collectivement et de voter démocratiquement pour le maintien ou la modification de tous les articles de la charte. La charte mise à jour du GGUL, présentement en vigueur, est accessible ici : Charte du GGUL (19 septembre 2012)

jeudi 20 septembre 2012

Pique-nique au parc du Bois-de-Coulonge


Quoi de mieux qu’un pique-nique au parc du Bois-de-Coulonge (à proximité du campus) pour entamer la nouvelle année universitaire, rencontrer les membres du groupe et profiter du plein air ? Les intéresséEs sont attenduEs au local du GGUL (2223, pavillon Maurice-Pollack) à 10h30 le samedi 22 septembre. Le départ se fera à pied au plus tard à 11h00. Apportez vos ballons et autres jeux extérieurs. Les membres voulant poursuivre l’activité en fin d’après-midi ou en début de soirée pourront convenir ensemble d’un lieu de rencontre (ex. restaurant, pub).

Le volet pique-nique de cette activité est gratuit, mais il revient à chacunE d’apporter son dîner. Des formulaires d’adhésion seront accessibles pour les non-membres voulant s’inscrire. Le tarif annuel d’inscription au groupe est de 10$.

En cas de pluie, l’activité sera remise au lendemain (même heure, même lieu), soit le dimanche 23 septembre. Surveillez le groupe Facebook du GGUL la veille de l’événement pour vous tenir informéEs des changements de dernière minute.

lundi 17 septembre 2012

Un mot de la présidente

La présidente du GGUL, Anne-Sophie Ruest-Paquette, récemment réélue, nous invite à lire son mot de la présidente. Bonne lecture!

vendredi 1 juin 2012

Vidéos du GGUL

Cette année, le GGUL a produit deux vidéos, l'une à la façon de la campagne It Gets Better et l'autre en vue de la Journée internationale contre l'homophobie, qui avait pour thème, cette année, « Au travail, la diversité sexuelle, ça rapporte! ». Ces vidéos ont été réalisées grâce aux témoignages de membres du GGUL. Bon visionnement!

Vidéo It Gets Better:
http://www.youtube.com/watch?v=8PV5stwxtd4

Homophobie au travail:
http://www.youtube.com/watch?v=H76o4KrAv68

jeudi 17 mai 2012

Conférence de presse du 17 mai 2012

Par Cynthia Bureau


Aujourd’hui se tenait au Studio P la conférence de presse pour la Journée internationale contre l’homophobie. Plusieurs personnes ont pris la parole, soit Olivier Poulin (coordonateur de GLBT Québec), Anne-Sophie Ruest-Paquette (présidente du Groupe gai de l’Université Laval), Sandrine Marquis (présidente de l’Aide aux TranssexuelLEs du Québec) et Line Chamberland (titulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie).

En premier lieu, M. Poulin a remercié les différents organismes partenaires : GRIS-Québec, MIELS-Québec, GLBT Québec, ATQ, GGUL, etc. Puis il a rapidement présenté le panel de 11h30, en précisant que certains des participants étaient déjà sur place. Il a également parlé du Festival Altern’Art, dans lequel s’insère la Journée internationale contre l’homophobie.

Par la suite, Mme. Chamberland a exposé brièvement ce dont il serait question lors de son intervention du panel, soit les différents niveaux d’homophobie et les raisons qui poussent une personne à dévoiler ou non son orientation sexuelle au travail. Mme. Marquis a enchaîné en présentant l’exposition « Trans Egeria », qui se veut un outil de démystification et de sensibilisation concernant la situation des personnes transidentifiées. Cette exposition sera ouverte gratuitement au public du 17 au 20 mai, de midi à 20h. Enfin, Mme. Ruest-Paquette a brièvement décrit le vox pop réalisé par le GGUL sur le dévoilement de l’orientation sexuelle au travail. Elle a également présenté le recueil de texte du Groupe, qui sera lancé ce soir à 20h au Studio P et qu’il sera possible de se procurer au coût de 10$.

M. Poulin a repris la parole afin de mentionner quelques nouveautés en lien avec la Fête Arc-en-ciel de Québec. Il a précisé que l’événement durerait plus longtemps cette année (4 jours), avec plus de temps piétonnier dans les rue (2 jours) et enfin trois soirs de spectacles à la Place d’Youville au lieu de deux. Le thème de cette année est : Les femmes. De plus, une personne a été engagée pour organiser le colloque, dont les détails sont à venir.

Pour la programmation complète de la Journée, et aussi celle du Festival Altern’Art : www.glbtquebec.com

Journée internationale contre l'homophobie: le GGUL au Studio P!

Bonjour!

Le GGUL est fier de souligner la Journée internationale contre l'homophobie par le lancement de son recueil de créations littéraires À mots (dé)couverts ce jeudi 17 mai dès 19h00. Pour plus de détails sur l'horaire de la soirée, nous vous invitons à consulter l'affiche de l'événement que nous joignons à ce billet. Cette activité a lieu dans le cadre du Festival Altern'Art, organisé par GLBT-Québec. La programmation complète se trouve à l'adresse suivante: http://www.glbtquebec.org/alt_art.html. À noter que le GGUL participera également à la conférence de presse prévue en milieu de journée pour y présenter le lancement du recueil.

Au-delà de son projet de création littéraire, le GGUL a aussi réalisé un vox pop sur la diversité sexuelle au travail. La vidéo s'inscrit dans le thème de la Journée internationale contre l'homophobie de 2012, soit "Au travail, la diversité sexuelle, ça rapporte!" Pour visionner la vidéo, veuillez suivre ce lien: http://youtu.be/w4of9j1X_J8

Au plaisir de vous rencontrer lors des activités du 17 mai!


lundi 14 mai 2012

Lancement du recueil À mots (dé)couverts


Court billet pour vous faire part du lancement du recueil de textes du Groupe gai de l'Université Laval, À mots (dé)couverts, qui aura lieu le 17 mai 2012, dès 19 h au Studio P de Québec (280, Saint-Joseph Est), dans le cadre du festival Altern'Art organisé par GLBT Québec. Voici le déroulement sommaire de la soirée :

17 h — 19 h  : Vernissage de l'exposition Trans Egeria

19 h — 20 h  : Concert de Geneviève Dionne

20 h — 21 h 30  : Mot d'ouverture et lecture des extraits de textes

21 h 30 — ...  : Ambiance musicale feutrée afin de finir la soirée en discutant autour d'un verre

Le recueil sera en vente au coût de 10 $. Un minibar administré par GLBT Québec servira de l'alcool tout le long de la soirée. Des prix de présence seront tirés lors de la soirée!

Il est important de noter que la réalisation de ce recueil et de cette soirée n'aurait pas été possible sans nos principaux partenaires financiers que nous tenons à remercier :

L’Université Laval et le Bureau de la Vie Étudiante
COOP Zone
GLBT Québec
Agnès Maltais, députée de Taschereau
Denis Blanchette, député de Ste-Foy

Pour toutes informations supplémentaires, vous pouvez nous contacter à cette adresse : creation.ggul.2012@gmail.com

Au plaisir de vous y voir!
Jérôme









mardi 10 avril 2012

À mots (dé)couverts (mise à jour)

**Vous pouvez commander dès maintenant votre ou vos exemplaire(s) du recueil en spécifiant votre nom complet et votre numéro de téléphone à l'adresse courriel suivante: creation.ggul.2012@gmail.com**

Le comité littéraire du GGUL est fier de vous annoncer l’impression imminente du recueil de textes intitulé À mots (dé)couverts! Les membres de ce comité tiennent à spécifier qu’elles et ils ont été agréablement surpris par la très haute participation des membres du GGUL, de même que par la qualité et la quantité des œuvres soumises! À ce propos, il importe de souligner que touTEs les auteurEs ayant soumis un ou plusieurs textes seront publiéEs. Félicitations!

Voilà quelques chiffres...

16 personnes ont soumis des œuvres graphiques ou écrites

10 œuvres graphiques ont été soumises pour le concours de la couverture

42 textes ont été soumis à des fins de publication

Grâce à une collaboration avec GLBT Québec, nous vous annonçons en grande pompe que nous aurons droit à un lancement tout spécial le 17 mai 2012 au Studio P de Québec dans le cadre du Festival Altern'Art (16 au 20 mai 2012) et en l’honneur de la Journée internationale de lutte contre l'homophobie. Détails à venir…

Si la mise en page, la sélection des textes et la correction vont bon train, nous sommes toujours à la recherche de financement! La pérennité à long terme d'un tel projet en dépend! Que ce soit à titre corporatif ou personnel, n'hésitez pas à joindre la liste de ces gens qui croient au talent de nos membres et à un projet emballant... Si vous êtes intéressés, vous pouvez consultez la section consacrée à notre projet sur le site du GGUL (http://www.ggul.org/projet-de-creation-litteraire/) ou nous contacter directement à creation.ggul.2012@gmail.com.

Jérôme, au nom du comité littéraire du GGUL

Coordonnateur technique

-----

Nos commanditaires :

L’Université Laval et le Bureau de la Vie Étudiante

COOP Zone

Agnès Maltais, députée de Taschereau

Céline Ruest

Isabelle Gratton

Janik

Le GGUL en quelques dates

1978 : Jacques Benoît lance un appel sur les babillards du campus. Fondation du GGUL.

1979 : Le Groupe traduit de l'anglais l'œuvre d’Andrew Hodges et David Hutter et la publie sous le titre « Le silence inouï des homosexuels : aspects de l'auto-oppression homosexuelle ». Le local du GGUL est situé au 0519 du pavillon Lemieux.

1984 : Le GGUL a maintenant ses lettres patentes, il est par conséquent incorporé.

1985 : Le GGUL publie « Pour le souvenir d'un triangle rose » et « Couple gai et familles québécoises : couple comme les autres ? »

1986 : Le Groupe se fait voler 3 classeurs et leur contenu ; il prend une résolution pour la gestion de ses archives administratives.

1991 : Le GGUL perd son local au profit des Prêts et bourses et du Grand Salon. Les membres ne reçoivent pas de local en compensation.

1993 : Le GGUL siège au local 1248 du pavillon Charles-De-Koninck. Plus tard dans l'année, la CADEUL accorde un local au GGUL.

1995 : Le GGUL organise l'exposition « Images » pour la lutte contre le SIDA.

1996 : On voit apparaître au sein du groupe un comité d'éducation. Ce dernier passe dans différents cégeps et écoles secondaires pour informer, sensibiliser la population à la réalité homosexuelle, mais aussi et surtout pour venir dire aux homosexuels de ces milieux qu'ils ne sont pas seuls.

2002 : Le GGUL produit une murale dans les tunnels souterrains de l'Université Laval. Il présente un mémoire à la Commission parlementaire sur la Loi instituant l'union civile des personnes de même sexe et modifiant le Code civil et d'autres dispositions législatives. Il devient également membre fondateur du REJAQ (Regroupement d'Entraide pour la Jeunesse Allosexuelle du Québec).

2003 : 25e anniversaire du GGUL. La murale et le local du GGUL sont victimes de vandalisme.

2011 : La murale est repeinte. Création d’un comité de création littéraire qui mènera à la publication d’un recueil de textes.

2012 : Pour la première fois, le GGUL produit deux spectacles bénéfice dans la même année.

Le saviez-vous?

· La citation suivante explique en partie le choix du nom du groupe en 1978 :

« Notre groupe a préféré s’appeler « gai » plutôt qu’ « homosexuel » puisque le mot « gai », un américanisme qui désigne tout(e) homosexuel(le) acceptant son homosexualité et décidant de la vivre ouvertement, correspond davantage à la démarche de ses membres. Le terme « homosexuel », qui met l’emphase sur le sexe, est l’héritage que nous a laissé la psychiatrie du siècle dernier. »

(Article/Communiqué de presse, Fonds P318 Groupe gai de l’Université Laval, Archives de l’Université Laval)

· La bibliothèque dans le local du GGUL est née grâce au projet d’action communautaire « Vivre gai à Laval », qui avait pour but de sensibiliser, de renseigner et d’accueillir les homosexuelLEs du campus.

· Le drapeau arc-en-ciel est né la même année que le GGUL, soit 1978.

samedi 31 mars 2012

La diversité au menu: Le collectif Nous sommes ici présente La Date

par Mario Racine


Pour la nouvelle création du collectif Nous sommes ici, les acteurs, qui jouent leur propre rôle, nous invitent à entrer dans leur intimité pour une « date » (à prononcer à l’anglaise) des plus pimentées au cours de laquelle ils racontent de vraies rencontres amoureuses. Mais attention, il ne s’agit pas ici d’histoires à l’eau de rose.


Ceux qui nous ont présenté précédemment le docu-théâtre sur les personnificateurs féminins Changing Room reviennent avec un spectacle où le contact acteurs-spectateurs est mis à l’avant-plan. Mais, cette fois, sans l’aide de technologies multimédias, afin de faire ressortir l’essentiel des propos.


Deux filles (hétéros) et trois gars (deux gais, un hétéro) à l’aube de la trentaine, pas pressés de s’engager dans un couple, discutent lors d’un souper entre amis. Tour à tour, ils confient leurs histoires de cul et leurs rencontres. Soudainement, groupe se remet en question quant à leurs choix de vies et à leur vision de l’amour lorsqu’un des convives fait une révélation qui bouscule le cours des évènements.


La proximité entre la scène et le public est le leitmotiv de cette pièce interactive, où les spectateurs prennent part à l’histoire. Car pour Alexandre Fecteau, acteur, coauteur et metteur en scène de la pièce, jouer avec le public est ni plus ni moins que l’amour du moment présent. « Il y a quelque chose qui vient chercher l’attention des gens lorsqu’on les intègre au jeu. Tout peut arriver, c’est une force que le théâtre a, mais que le cinéma n’a pas » renchérit Fecteau.


Avec humilité et sans complexe, les personnages se livrent en flirtant parfois avec les extrêmes des situations : « Nous racontons des histoires d’amour et de sexe, nous parlons du plaisir, et ce, sans censure. Nous sommes partis de la vérité, de notre vérité. Nous avons choisi nos pires histoires, où nous avons eu l’air le plus tordu, ridicule ou méchant » affirme Alexandre Fecteau.


S’adressant aux gens de tous âges, aux éternels célibataires qui n’ont pas facilement les oreilles choquées, cette création tire profit d’une mise en scène festive, où musique, plaisir et alcool font bon ménage. Les passionnés des relations humaines qui se questionnent sur l’amour et sur l’engagement auront quelque chose à se mettre sous la dent avec les propos tenus par les personnages, mais vivront parfois des malaises. Les gens qui aiment être déroutés et qui apprécient les émotions fortes au théâtre se régaleront du menu de ce souper entre amis. Et pour vous faire sentir comme dans un véritable souper, vous pouvez apporter votre vin!


La Date : du 20 mars au 7 avril 2012 à 20h à Premier Acte au 870, rue de Salaberry). Billets : www.billetech.ca ou 418 643-8131.

vendredi 30 mars 2012

Des profs et des démystifications: résultats préliminaires d’une recherche

La genèse : petite tranche de vie

En juin 1996, après un dernier examen final, je quitte enfin mon école secondaire sherbrookoise après des années de joies, de folies et d’apprentissages passionnants, mais aussi d’intimidation et d’agressions homophobes. Au bout de la rue, en me retournant une dernière fois, je hurle ma colère et ma frustration. Je ne désirais alors qu’une chose : aller au cégep et ne plus entendre le mot « fif » de ma vie, mettre mes questionnements sur mon orientation sexuelle et tutti quanti derrière moi et ne plus y penser ni y faire face. Pourtant, dix ans et un coming out plus tard, je viens travailler à Québec pour l’organisme MIELS-Québec où je supervise le programme destiné... aux hommes gais, bisexuels et en questionnement! Quand on chasse le naturel... C’est le passage du temps, des amours et les expériences positives vécues dans la communauté gaie qui m’ont donné l’envie de transformer mes anciennes souffrances en action aux retombées positives. En 2008, je m’inscris à l’Université Laval à la maîtrise en service social et, sans grande surprise, j’arrête mon choix de sujet de recherche sur la prévention de l’homophobie et de l’hétérosexisme à l’école secondaire. Mes deux années d’expérience dans un organisme communautaire m’ont donné l’envie d’élaborer un projet qui sera utile et qui n’ira pas simplement s’empoussiérer sur les tablettes d’une bibliothèque. Alors, lorsque la possibilité de m’associer avec le GRIS-Québec se présente, je saute (de joie) sur l’occasion. À la suggestion de Kévin (ancien intervenant aux services d’information et de sensibilisation du GRIS-Québec) et d’André (directeur général du GRIS-Québec), j’oriente ma recherche sur les besoins et les perceptions qu’ont les enseignantes et enseignants qui ont reçu une démystification dans leur classe. Je suis prêt!

La méthodologie en bref

Pour réaliser cette recherche, j'ai eu un entretien avec dix personnes enseignantes qui ont reçu une démystification dans leur classe au cours des dernières années. Tous et toutes travaillent sur le territoire desservi par le GRIS-Québec. Plus précisément, il s’agit de sept femmes et trois hommes âgés de 28 à 59 ans. Sept personnes enseignent dans des écoles publiques, deux autres, dans des écoles privées et une, dans un centre de formation professionnelle. La plupart ont des élèves en secondaire quatre ou cinq. Les entrevues avec ces dix répondants ont eu lieu entre les mois d’août et de décembre 2010.

Réalisées dans les écoles et les milieux jeunesse de la région de la Capitale-Nationale, les démystifications du GRIS-Québec sont réalisées sous forme de témoignages par des bénévoles spécialement formés pour répondre aux questions sur l’homosexualité et la bisexualité. Cette méthode pédagogique permet de créer un dialogue avec les personnes rencontrées sur la question des orientations sexuelles et de favoriser chez elles une prise de conscience à l’égard des préjugés et des comportements homophobes dans leur milieu. Par cette approche, l’organisme désire également offrir un soutien à ceux qui vivent difficilement leur orientation sexuelle en les informant des ressources offertes dans leur région.

Résultats préliminaires

Il est possible de faire certains constats en ce qui a trait à la perception et aux besoins du personnel scolaire interrogé. D’abord, par rapport aux perceptions, les répondants remarquent que les personnes (élèves ou collègues) non conformes au genre sont stigmatisées ou présumées homosexuelles. Comme d’autres recherches l’ont montré, l’utilisation des mots « fif » et « tapette » est omniprésente chez les jeunes et les enseignants mettent beaucoup d’énergie à freiner l’utilisation de ce vocabulaire que les jeunes ne perçoivent pas toujours comme homophobe. D’après eux, certains jeunes garçons éprouvent parfois un dégoût exagéré envers la sodomie qu’ils généralisent à toute relation affective et sexuelle entre hommes. Il n’y a pas de consensus chez les personnes interrogées sur l’âge idéal pour recevoir un atelier. Les jeunes de 12-15 ans sont considérés trop immatures par certaines, alors que d’autres croient que c’est à cet âge que l’atelier est le plus pertinent. Tous les répondants considèrent comme primordiale l’égalité juridique et sociale entre les hétérosexuels et les homosexuels. Cependant, la visibilité à travers les événements « gais » (ex. Parade, Jeux olympiques) et la non-conformité au genre (ex. homme « efféminé », femme « Tomboy ») suscitent des malaises chez certains répondants.

Toujours selon les enseignantes et enseignants, les jeunes LGB seraient de mieux en mieux acceptés dans les milieux scolaires même s’il reste encore de l’intimidation homophobe. Les parents (et la société) sont parfois pointés du doigt, car ils ont un rôle à jouer dans la prévention. En ce sens, quelques répondants semblent atteindre un point de saturation par rapport à la culpabilisation de type « L’école/les profs ne font rien ». Les enseignants LGB, selon ce que rapportent les répondants, ne dévoilent pas leur homosexualité aux élèves au nom de la vie privée et par peur de la moquerie. Leur orientation sexuelle n’est pourtant souvent qu’un secret de Polichinelle. Enfin, l’action communautaire est cruciale, car elle remplit l’espace laissé vacant par le curriculum scolaire et l'absence de prévention spécifiquement dédiée à l’homophobie. Certaines personnes notent au passage le manque de visibilité du GRIS-Québec. Maintenant que l’on comprend mieux qu’elles sont les perceptions qu’entretiennent les enseignantes et enseignants, regardons leurs besoins en lien avec la prévention de l'homophobie et de l’hétérosexisme dans leur milieu. Les enseignants affirment en général être satisfaits, voire parfaitement satisfaits des ateliers. Le GRIS-Québec comble leurs besoins de préparation avant la venue en classe. Aussi, les enseignants semblent généralement à la recherche de modèles (bénévoles) masculins et féminins conformes aux stéréotypes du genre. Les bénévoles « efféminés » ou « Tomboy » sont acceptés s’ils dégagent beaucoup de confiance en eux. En résumé, les enseignants souhaitent que les bénévoles :

1) brisent les stéréotypes, notamment celui du gai « efféminé » ou de la lesbienne masculine;

2) rationalisent le dégoût exagéré de la sodomie généralisée à toutes les relations entre hommes;

3) parlent de manière concrète du vécu social et affectif des personnes LGB;

4) sensibilisent aux conséquences du vocabulaire homophobe;

5) abordent le thème de la séduction (homo envers hétéro) et dédramatisent un tel événement;

6) abordent l'importance des pratiques sexuelles protégées.

Vincent Chouinard

Étudiant à la maîtrise en service social et

bénévole démystificateur au GRIS-Québec

Université Laval

*****

Mission du GRIS-Québec (Groupe régional d’intervention sociale)

Promouvoir une vision positive de l’homosexualité et de la bisexualité en vue de favoriser une intégration harmonieuse des personnes gaies, lesbiennes et bisexuelles dans la société. L’organisme œuvre depuis 1996.

Ateliers de démystification

Réalisées dans les écoles et les milieux jeunesse de la région de la Capitale-Nationale, les démystifications du GRIS-Québec sont réalisées sous forme de témoignages par des bénévoles spécialement formés pour répondre aux questions sur l’homosexualité et la bisexualité. Cette méthode pédagogique permet de créer un dialogue avec les personnes rencontrées sur la question des orientations sexuelles et de favoriser chez elles une prise de conscience à l’égard des préjugés et des comportements homophobes dans leur milieu. Par cette approche, nous désirons également offrir un soutien à ceux qui vivent difficilement leur orientation sexuelle en les informant des ressources offertes dans leur région.

Les démystifications 2010-2011

Bénévoles impliqués 42

Heures de bénévolat +/- 1392

Milieux d’intervention visités 64

Ateliers de démystification réalisés 232

Personnes rencontrées (25 personnes / atelier) +/- 5800

Conférences adaptées

Les conférences adaptées sont offertes dans les établissements postsecondaires et les milieux de pratique afin de sensibiliser et d’outiller les futurs intervenants et enseignants, ou ceux oeuvrant déjà sur le marché du travail, aux réalités homosexuelles et bisexuelles et à l’intervention auprès des jeunes lesbiennes, gais et bisexuels.

Kiosques d’information

Le GRIS-Québec se déplace dans les différentes commissions scolaires et les établissements postsecondaires de la région afin de présenter sa mission et ses services, en plus de profiter de l’occasion pour sensibiliser la population aux réalités homosexuelles et bisexuelles.

L’Accès

Depuis septembre 2004, L’accès est un milieu de vie pour les jeunes gais, lesbiennes, bisexuels ou en questionnement et leurs amis âgés de 14 à 25 ans. C’est un milieu ouvert le mercredi, jeudi et vendredi soir où les jeunes peuvent partager leur vécu. L’accès offre diverses activités à caractère communautaire, culturel et sportif. Nous y offrons aussi des services d’aide et de références aux jeunes vivant certaines difficultés en lien ou non avec leur orientation sexuelle. Au cours de l’année 2010-2011, 52 nouveaux jeunes se sont joints au milieu de vie pour un total de 1001 personnes.

Programme Jumelage

Mis en place au cours des derniers mois, le programme Jumelage a pour objectif de donner aux jeunes LGB âgés de 14 à 25 ans la possibilité d’être accompagnés dans ce qu’ils vivent plus difficilement ou dans leurs questionnements, en lien avec leur orientation sexuelle. Ce sont des pairs bénévoles, dûment formés par notre organisme, qui jouent le rôle d’accompagnateurs.

L’Accès-Parents

Lorsque les adolescents ou les jeunes adultes décident de dévoiler (et non avouer; avouer quelque chose réfère à un crime) leur homosexualité, leur bisexualité ou leur questionnement face à leur orientation sexuelle, la période qui suit soulève plusieurs interrogations et de l’incertitude pour les parents. L’Accès-Parents les accompagne dans le processus d’acceptation de l’homosexualité ou de la bisexualité de leur jeune. Ce service a pour but de briser l’isolement, de partager ce qui est vécu, de permettre d’exprimer les craintes et les questionnements en rapport avec le dévoilement de son enfant. Il offre aussi l’opportunité de s’informer sur les réalités homosexuelles et bisexuelles.


Intervention téléphonique

Le rayonnement de l’organisme se fait sentir de bien des façons, notamment quand des professionnels de l’éducation, de la santé et des services sociaux, des parents ou des jeunes, à la recherche de référence, d’informations diverses ou parce qu’ils veulent se confier à quelqu’un qui saura les entendre, font appel à nous par le biais du téléphone. S’il s’agit d’une manière de préserver leur anonymat pour certains, le téléphone est aussi pour d’autres une façon de pouvoir obtenir rapidement des réponses à des questions qui concerne la diversité sexuelle, quelques fois dans des contextes d’isolement ou de détresse. Bien que nous n’ayons pas de ligne d’écoute à proprement parler, les appels de demandes de soutien sont nombreux.