jeudi 27 octobre 2011

Est-ce bien nécessaire?

Par : Marie HOUZEAU

Il y a quelques semaines, ma copine et moi nous prélassions dans un spa afin de célébrer notre anniversaire de couple. L’endroit est charmant, la clientèle composée uniquement de couples, tous hétérosexuels, sauf le nôtre. Le soir venu, nous nous rendons dans le renommé restaurant de l’endroit. Nous commandons en nous réjouissant déjà du succulent repas qui nous est promis. Notre serveuse revient à la table avec nos plats. Elle hésite, marque un temps d’arrêt et semble un peu désemparée. Je lui demande s’il y a un problème, et elle me répond qu’elle ne sait pas à qui donner quelle assiette parce que, d’habitude, sur son bon de commande, elle encercle le plat destiné à l'homme. Je lui indique quoi donner à qui et lui fais remarquer qu’il serait peut-être judicieux de changer sa façon de noter les commandes. La serveuse, un peu gênée, semble soudainement avoir une affaire beaucoup plus urgente à régler et prend la poudre d’escampette.

Il y a quelques semaines, mon ami Stéphane magasinait une nouvelle paire de jeans avec son amoureux. Il trouve la bonne taille, mais pas la bonne longueur. Le vendeur lui suggère alors de faire faire l’ajustement par sa blonde, s’il veut éviter des frais de 10 $ pour les retouches en magasin. Sans hésitation, Stéphane se retourne vers son chum et lui demande : « Toi, ma blonde, fais-tu ça, des bas de pantalon? » Le vendeur, un peu gêné, semble soudainement avoir une affaire beaucoup plus urgente à régler et prend la poudre d’escampette.

La semaine dernière, Stéphane et moi, tous deux bénévoles au GRIS-Montréal, réalisions une intervention de démystification de l’homosexualité et de la bisexualité en milieu de travail. Comme d’habitude, après une courte présentation, nous laissons la parole aux membres du groupe afin de leur permettre de poser toutes leurs questions sur le sujet. Celles-ci s’enchaînent du tac au tac. Après avoir expliqué, entre autres, que non, les bisexuels ne sont ni des gais qui refusent de faire leur coming out ni des obsédés sexuels, et raconté comment nos parents ont réagi quand ils ont appris que nous étions homosexuels, un participant nous demande si nous avons déjà vécu de la discrimination. Dans la mesure où n’avons jamais reçu de coup de poing ou d’insulte à la figure, il est assez tentant de répondre non. La discrimination se résume à la violence physique et verbale, croyons-nous. Cependant, l’occasion est belle, devant un groupe d’adultes, d’élargir la notion de discrimination et de parler d’hétérosexisme. Nous partageons donc les anecdotes dont je viens de vous faire part pour tenter de leur faire comprendre qu’il n’est pas toujours facile de vivre dans un monde où rien ne semble avoir été conçu pour nous et pour notre réalité. Bingo! Après les éclats de rire suscités par le côté cocasse de nos histoires, l’assemblée semble avoir compris le message. Nous replongeons dans le flot des questions, mais après quelques minutes, une main se lève : « Je repensais à vos histoires, là… Est-ce que c’était bien nécessaire? » Nécessaire d’embarrasser ces deux personnes qui ne faisaient que leur boulot? Non, sûrement pas… Nécessaire de leur faire prendre conscience que le modèle hétérosexuel n’est pas le seul à exister? Alors là, la réponse me paraît beaucoup plus évidente! Oui, c’était nécessaire! En fait, ça le demeurera tant qu’il y aura des jeunes qui se passeront une corde au cou parce qu’ils ne trouvent pas leur place dans une société où leur réalité est parfaitement escamotée. Notre rêve d’égalité sociale ne pourra voir le jour qu’à cette condition-là. Quand notre société sera-t-elle spontanément inclusive? Quand les échanges tiendront-ils compte de la diversité des orientations sexuelles? D’ici là, il faudra encore et toujours demander à nos chums s’ils sont des « blondes couturières » et suggérer aux serveuses de revoir leurs techniques de mémorisation, quitte à les mettre mal à l’aise. Non pas pour blesser gratuitement, ni par arrogance ou pour s’afficher à tout prix, mais pour construire un monde meilleur dans lequel chacun a sa place, et ça, oui, c’est nécessaire!

FUGUES.COM - Le magazine des gais et lesbiennes du Quebec: FUGUES.COM - Le magazine des gais et lesbiennes du Quebec

0 commentaires:

Publier un commentaire