jeudi 27 octobre 2011

Est-ce bien nécessaire?

Par : Marie HOUZEAU

Il y a quelques semaines, ma copine et moi nous prélassions dans un spa afin de célébrer notre anniversaire de couple. L’endroit est charmant, la clientèle composée uniquement de couples, tous hétérosexuels, sauf le nôtre. Le soir venu, nous nous rendons dans le renommé restaurant de l’endroit. Nous commandons en nous réjouissant déjà du succulent repas qui nous est promis. Notre serveuse revient à la table avec nos plats. Elle hésite, marque un temps d’arrêt et semble un peu désemparée. Je lui demande s’il y a un problème, et elle me répond qu’elle ne sait pas à qui donner quelle assiette parce que, d’habitude, sur son bon de commande, elle encercle le plat destiné à l'homme. Je lui indique quoi donner à qui et lui fais remarquer qu’il serait peut-être judicieux de changer sa façon de noter les commandes. La serveuse, un peu gênée, semble soudainement avoir une affaire beaucoup plus urgente à régler et prend la poudre d’escampette.

Il y a quelques semaines, mon ami Stéphane magasinait une nouvelle paire de jeans avec son amoureux. Il trouve la bonne taille, mais pas la bonne longueur. Le vendeur lui suggère alors de faire faire l’ajustement par sa blonde, s’il veut éviter des frais de 10 $ pour les retouches en magasin. Sans hésitation, Stéphane se retourne vers son chum et lui demande : « Toi, ma blonde, fais-tu ça, des bas de pantalon? » Le vendeur, un peu gêné, semble soudainement avoir une affaire beaucoup plus urgente à régler et prend la poudre d’escampette.

La semaine dernière, Stéphane et moi, tous deux bénévoles au GRIS-Montréal, réalisions une intervention de démystification de l’homosexualité et de la bisexualité en milieu de travail. Comme d’habitude, après une courte présentation, nous laissons la parole aux membres du groupe afin de leur permettre de poser toutes leurs questions sur le sujet. Celles-ci s’enchaînent du tac au tac. Après avoir expliqué, entre autres, que non, les bisexuels ne sont ni des gais qui refusent de faire leur coming out ni des obsédés sexuels, et raconté comment nos parents ont réagi quand ils ont appris que nous étions homosexuels, un participant nous demande si nous avons déjà vécu de la discrimination. Dans la mesure où n’avons jamais reçu de coup de poing ou d’insulte à la figure, il est assez tentant de répondre non. La discrimination se résume à la violence physique et verbale, croyons-nous. Cependant, l’occasion est belle, devant un groupe d’adultes, d’élargir la notion de discrimination et de parler d’hétérosexisme. Nous partageons donc les anecdotes dont je viens de vous faire part pour tenter de leur faire comprendre qu’il n’est pas toujours facile de vivre dans un monde où rien ne semble avoir été conçu pour nous et pour notre réalité. Bingo! Après les éclats de rire suscités par le côté cocasse de nos histoires, l’assemblée semble avoir compris le message. Nous replongeons dans le flot des questions, mais après quelques minutes, une main se lève : « Je repensais à vos histoires, là… Est-ce que c’était bien nécessaire? » Nécessaire d’embarrasser ces deux personnes qui ne faisaient que leur boulot? Non, sûrement pas… Nécessaire de leur faire prendre conscience que le modèle hétérosexuel n’est pas le seul à exister? Alors là, la réponse me paraît beaucoup plus évidente! Oui, c’était nécessaire! En fait, ça le demeurera tant qu’il y aura des jeunes qui se passeront une corde au cou parce qu’ils ne trouvent pas leur place dans une société où leur réalité est parfaitement escamotée. Notre rêve d’égalité sociale ne pourra voir le jour qu’à cette condition-là. Quand notre société sera-t-elle spontanément inclusive? Quand les échanges tiendront-ils compte de la diversité des orientations sexuelles? D’ici là, il faudra encore et toujours demander à nos chums s’ils sont des « blondes couturières » et suggérer aux serveuses de revoir leurs techniques de mémorisation, quitte à les mettre mal à l’aise. Non pas pour blesser gratuitement, ni par arrogance ou pour s’afficher à tout prix, mais pour construire un monde meilleur dans lequel chacun a sa place, et ça, oui, c’est nécessaire!

FUGUES.COM - Le magazine des gais et lesbiennes du Quebec: FUGUES.COM - Le magazine des gais et lesbiennes du Quebec

Les comités

Vous souhaitez vous investir au GGUL, mais votre emploi du temps ne vous permet pas de faire des permanences ? Il vous est possible de rejoindre un des nombreux comités selon vos intérêts et vos compétences. Vous retrouverez ci-dessous une brève description de chacun de ces comités :

  • Comité du Spectacle-bénéfice: Le Spectacle-bénéfice du Groupe gai de l’Université Laval est un spectacle de variété préparé et performé par les membres du groupe. Il s’agit d’une activité de financement annuelle qui permet non seulement d’amasser des fonds pour les activités du groupe, mais qui permet aussi aux membres d’exprimer leur côté artistique sur scène. Du chant à la danse, en passant par le « lipsynch », la poésie, l’humour, etc, le Spectacle-bénéfice est une activité qui a lieu à la session d’hiver, mais qui se prépare dès l’automne! Pour cette raison, nous vous invitons à donner vos disponibilités pour la première réunion en répondant à ce sondage (date limite mardi 4 oct.).

  • Comité des commandites: Le Groupe gai de l'Université Laval s'autofinance à l'aide des cotisations de ses membres, de son Spectacle-bénéfice ainsi que par des commandites qui permettent d'augmenter directement les dépenses accordées aux activités. Grâce à plusieurs membres dévouéEs, tous les documents entourant les demandes de commandites ont été révisés cet été. Nous sommes actuellement à la recherche de nouvelles personnes voulant s'impliquer dans ce dossier important. Ces personnes seront principalement appelées à revoir la liste des commerces à sonder, puis à communiquer avec des commanditaires potentiels par téléphone et par courriel. Le comité sera actif pendant toute l'année, bien que la fréquence des rencontres variera selon les besoins.

  • Comité de la Fête de la diversité sexuelle: La Fête de la diversité sexuelle constitue une plateforme annuelle en vue de célébrer la diversité sexuelle à la grandeur du campus de l’Université Laval. Une panoplie d’activités à teneur scientifique, médiatique, sociale, créative et militante y est traditionnellement prévue à des fins de conscientisation, de réseautage, d’expression de soi et d’engagement, le tout afin de souligner la richesse et les enjeux propres à la diversité sexuelle. Bien que notre Fête se tiendra au mois de mars, elle comporte habituellement un menu chargé d'activités qui nécessitent beaucoup d'organisation (ex: colloque scientifique), de sorte qu'il soit attendu que ce comité se rencontre régulièrement dès le mois d'octobre, et ce, jusqu'au mois de mars.

  • Comité pour la Décoration du local: Le GGUL souhaite faire une petite beauté à son local. Si vous voulez donner votre avis sur les changements à venir et y contribuer, vous pouvez rejoindre le comité « Décoration ». Étant donné le nombre de projets spéciaux prévus à compter du mois de janvier, nous souhaitons compléter la décoration du local au cours de la session automnale. Cela dit, la participation sera concentrée sur une courte de durée et essentiellement limitée à l'exécution d'un projet décoratif conçu l'an dernier.

  • Comité de Révision de la Charte: La charte du GGUL est la formulation officielle du fonctionnement administratif de l'association. Il s'agit d'un document central pour établir les règles, les droits et les responsabilités au sein du GGUL. Au cours de l'été 2011, un comité avait proposé plusieurs modifications à la charte de l'association. En se basant sur ces travaux, nous vous proposons de contribuer à la révision finale du document. Nous recherchons particulièrement des personnes familières avec le Code Morin et avec les réalités administratives des associations. La révision de la charte donnera lieu à une Assemblée Générale Spéciale au mois d'avril 2012. Le comité devra alors avoir soumis ses recommandations au CA dès le mois de février. Le calendrier devra s'établir dans le but de respecter cet échéancier.

  • Comité de Création littéraire et artistique: Force est d’admettre que nous avons plusieurs auteurEs et artistes parmi nos membres. Il a donc été envisagé de créer un projet permettant à ces membres de se rallier en fonction d’un intérêt commun, de bénéficier de la rétroaction d’autrui et de participer à un effort collectif dont le fruit constituerait un recueil de textes divers et de créations visuelles. Bien sûr, la production d’un tel recueil requiert un minimum de financement au préalable. Nous invitons alors les membres intéresséEs à siéger sur un comité dont le mandat serait de prévoir les embûches possibles et d’envisager des solutions adéquates en vue de réaliser ce projet ambitieux. Prenez note que les réunions ne commenceront pas avant le mois de novembre. Puisqu'il n'y a pas encore de date de tombée pour la publication d'un tel recueil, la fréquence des réunions sera déterminée par les membres du comité.

Si un ou plusieurs de ces comités vous intéressent, vous pouvez nous contacter au ggul@public.ulaval.ca. C’est avec plaisir que nous vous donnerons de plus amples détails.