samedi 8 janvier 2011

Démystifions la démystification version GRIS-Québec!

Démystiquoi? Quelle idée de commencer un article avec un mot que personne ne connaît? Vous désirez une explication n’est-ce pas? Juste requête à laquelle je m’empresse de répondre par une définition personnelle :

« La démystification est un atelier de sensibilisation de type témoignage dans lequel deux bénévoles, idéalement un homme et une femme, répondent aux questions de l’assistance en fonction de leur vécu homosexuel ou bisexuel. »

Comprenons-nous bien. La démystification n’est pas une conférence, car l’accent est mis sur le vécu des bénévoles et non sur des statistiques ou sur des connaissances scientifiques. Ce n’est pas non plus un débat à saveur philosophique ou politique. Selon l’équipe du GRIS-Québec (Groupe régional d’intervention sociale de Québec), le vécu personnel est la seule information qui n’est pas contestable. Ainsi, sauf exceptions, les bénévoles répondent aux questions des participantEs en fonction de leur expérience comme personne gaiE, lesbienne ou bisexuelLE.

D’accord, mais qui sont ces bénévoles? Vous l’aurez deviné, le thème central des ateliers étant l’orientation sexuelle, ce sont d’abord des personnes gaiEs, lesbiennes ou bisexuelLEs. Les hétéros ouverts à la cause ne peuvent donc pas faire de démystification? Non, car les bénévoles racontent leur histoire personnelle en lien avec leur homosexualité ou leur bisexualité. Et les âges? Les bénévoles doivent être majeurEs, mais il n’y a pas d’autre contrainte d’âge; il y a des jeunes et des moins jeunes (entre 18 et plus de 60 ans). Et pas besoin de diplôme en psychologie ou en service social : l’appartenance professionnelle est très variée parmi les bénévoles.

En fait, le processus de recrutement est le suivant : chaque bénévole potentielLE est rencontréE par l’intervenantE responsable des démystifications au GRIS-Québec. Les démystifications sont expliquées à l’intéresséE, puis l’intervenantE lui pose des questions sur son vécu homosexuel ou bisexuel. Après cette rencontre, la personne peut généralement s’inscrire à la formation la plus proche, qui est obligatoire pour faire des démystifications. Longue d’une journée de fin de semaine, elle comporte plusieurs ateliers animés par des démystificateurs et démystificatrices expérimentéEs. Les participantEs sont plongés rapidement dans l’action et apprennent à répondre aux questions les plus souvent posées en démystification. À la fin, ils s’exercent devant public dans le cadre d’une simulation. Programme chargé qui mérite un souper au restaurant en compagnie des autres participantEs et de l’équipe de formation! Il suffit ensuite d’observer une ou deux démystifications et lorsque l’on se sent prêt, on donne son nom pour en animer.

Votre curiosité titillée vous imprègne maintenant d’un ardent désir d’en savoir plus. Je le sens derrière l’écran. Dans ma grande bienveillance, j’assouvirai votre soif de connaissance par le récit d’une démystification typique telle que vue par des bénévoles devant une classe d’école secondaire… Lisez bientôt le prochain article!

Émile P., v.-p. aux finances

0 commentaires:

Publier un commentaire