dimanche 23 janvier 2011

[J-J] Spectacle-bénéfice du GGUL : les 7 péchés capitaux.

Ce soir se déroulera le spectacle-bénéfice du GGUL! Sous le thème des 7 péchés capitaux, plusieurs de nos membres ont concocté divers numéros pour représenter ces derniers. Que ce soit par la danse, le chant ou le théâtre c'est un spectacle haut en couleur qui vous attend au Drague le 23 janvier 2010 à 20h. À vrai dire, il serait presque péché de manquer une telle soirée... Pour vous faire patienter, des photos seront dévoilées d'ici la date ultime dévoilant peu à peu des bribes du spectacle... Pour plus d'informations, consultez notre page Facebook ou notre site Internet.

Voici un morceau de texte vous dévoilant un élement du spectacle...


"Je suis dans une boîte,
Une boîte à chansons,
Équipée de mes courbes
Et d'un regard vagabond.
J'y suis seule et sobre
Au sein d'une foule
Qui est ivre de flirt, de musique et d'alcool,
Puis j'ai le coeur content
Malgré l'isolement
Et le corps comblé
Par la chaleur des passants..."

Par Anne-Sophie R.-P.

samedi 22 janvier 2011

[J-1] Spectacle-bénéfice du GGUL : les 7 péchés capitaux.

Il ne reste qu'un jour avant le spectacle-bénéfice du GGUL! Sous le thème des 7 péchés capitaux, plusieurs de nos membres ont concocté divers numéros pour représenter ces derniers. Que ce soit par la danse, le chant ou le théâtre c'est un spectacle haut en couleur qui vous attend au Drague le 23 janvier 2010 à 20h. À vrai dire, il serait presque péché de manquer une telle soirée... Pour vous faire patienter, des photos seront dévoilées d'ici la date ultime dévoilant peu à peu des bribes du spectacle... Pour plus d'informations, consultez notre page Facebook ou notre site Internet.

(Photo par Amaury S.)

Voici la quatrième photo vous dévoilant un élement du spectacle...

jeudi 20 janvier 2011

[J-3] Spectacle-bénéfice du GGUL : les 7 péchés capitaux.

Il ne reste que 3 jours avant le spectacle-bénéfice du GGUL! Sous le thème des 7 péchés capitaux, plusieurs de nos membres ont concocté divers numéros pour représenter ces derniers. Que ce soit par la danse, le chant ou le théâtre c'est un spectacle haut en couleur qui vous attend au Drague le 23 janvier 2010 à 20h. À vrai dire, il serait presque péché de manquer une telle soirée... Pour vous faire patienter, des photos seront dévoilées d'ici la date ultime dévoilant peu à peu des bribes du spectacle... Pour plus d'informations, consultez notre page Facebook ou notre site Internet.

(Photo par Michel B.)

Voici la troisième photo vous dévoilant un élement du spectacle...

mardi 18 janvier 2011

Local du GGUL Version Halloween

Vous vous souvenez du local à Halloween? Non? pas de souci, voici de quoi vous le remémorer:


Pour ceux qui ne le connaissent pas, vous êtes tous bienvenus au local 2223 du GGUL.
Plus d'infos sur les horaires sur le site GGUL.org.

lundi 17 janvier 2011

[J-5] Spectacle-bénéfice du GGUL : les 7 péchés capitaux.


Il ne reste que 5 jours avant le spectacle-bénéfice du GGUL! Sous le thème des 7 péchés capitaux, plusieurs de nos membres ont concocté divers numéros pour représenter ces derniers. Que ce soit par la danse, le chant ou le théâtre c'est un spectacle haut en couleur qui vous attend au Drague le 23 janvier 2010 à 20h. À vrai dire, il serait presque péché de manquer une telle soirée... Pour vous faire patienter, des photos seront dévoilées d'ici la date ultime dévoilant peu à peu des bribes du spectacle... Pour plus d'informations, consultez notre page Facebook ou notre site Internet.

(Photo par Anne-Sophie R.-P.)

Voici la deuxième photo vous dévoilant un élement du spectacle...

samedi 15 janvier 2011

Une démystification spéciale… comme les autres

Secrétariat de l’école, 9h40. Nous sommes deux bénévoles à attendre la professeure qui nous mènera à son groupe d’éthique et culture religieuse. On échange quelques mots sur nos expériences antérieures de démystification, puis l’enseignante arrive, souriante et les bras pleins de dossiers. Après les présentations, nous suivons notre guide dans les dédales de l’école. Un défi, dans la masse grouillante et bruyante des élèves entre deux cours, apparemment impatientEs de se raconter les nouvelles de la dernière journée… Ou d’enlacer leur tendre moitié bien au milieu du couloir. Ah, dans mon temps… C’était pareil.


9h48. On arrive enfin au local, un peu étourdiEs. Pour l’instant, personne d’autre dans la classe. Un rapide coup d’œil permet d’estimer à 28 le nombre d’écoliers qui seront présents. Pas un groupe facile selon la professeure, qui rapporte plusieurs commentaires homophobes de la part de deux ou trois élèves au cours des derniers mois. Qu’à cela ne tienne, nous ferons de notre mieux. Nous commençons à écrire nos noms au tableau quand nous entendons avec nostalgie le son de la « cloche ». « Ce n’est que la première », nous dit-on, « la vraie est dans trois minutes ». Ils arrivent in extremis pour la suivante et s’assoient, perplexes devant notre présence.


9h55. Ça y est, la vraie cloche retentit. Le bruit des élèves quelque peu fébriles est rapidement remplacé par une voix monotone qui résonne dans l’interphone pour faire quelques annonces. L’attention des élèves semble bien ailleurs… Comme on les comprend. Cela nous laisse néanmoins le temps de balayer la salle du regard et d’échanger quelques sourires timides avec l’assistance. L’interphone se tait. La professeure nous présente comme des bénévoles du GRIS-Québec, puis nous cède la parole.


Je laisse ma partenaire expliquer le déroulement de la période, puis je l’aide à distribuer les questionnaires que les jeunes devront remplir au début et à la fin de la période. On leur demande d’y répondre individuellement et honnêtement. On rappelle la date quelques fois. Quelques minutes après, les jeunes déposent leur questionnaire sur le coin de leur bureau. Je présente le GRIS-Québec et d’autres ressources en lien avec l’orientation sexuelle, puis je décris rapidement mon vécu dans une « bande annonce » d’une minute suivie de celle de ma partenaire.


« Nous attendons maintenant vos questions. Toutes les questions sont bonnes, mais nous demandons qu’elles soient formulées de manière respectueuse. Quelqu’un veut briser la glace? », demande ma collègue. Petit silence gêné, puis les mains commencent à se lever. Première question sur la façon dont notre famille a réagit suite au dévoilement de notre orientation sexuelle. Viennent ensuite celles sur la façon dont nous avons découvert notre homosexualité, sur la réaction de nos amis à notre « sortie du placard » et sur notre vécu d’homophobie. La question classique se rapproche inexorablement. On nous demande s’il est vrai que dans un couple homosexuel, l’unE des partenaires « fait le gars et l’autre, la fille ». Sachant que souvent, cette question sous-entend les pratiques sexuelles, nous effleurons le sujet. Une élève saisit l’occasion pour en savoir plus sur notre vie sexuelle. Nous répondons à cette question tour à tour en se gardant un petit jardin secret. Il est ensuite question de mariage, d’enfants, de bisexualité et de défilé de la « fierté gaie ». Finalement, comme c’est généralement le cas, les élèves se comportent beaucoup mieux que ce que la professeure avait prévu. C’est même un groupe très agréable!


Il ne reste que cinq minutes. Nous remercions les élèves pour leur participation et leur demandons de remplir la seconde moitié du questionnaire. La plupart finissent en peu de temps, presséEs de pouvoir parler deux minutes avec leurs collègues. La cloche sonne et la classe se vide à une vitesse étonnante. Nous remercions la professeure puis quittons l’école avec les questionnaires pour les rapporter au GRIS-Québec. Je partage ma satisfaction avec ma partenaire qui a elle aussi bien hâte à sa prochaine performance.

FIN

Voilà ce qu’est une démystification à peu près typique. Vous êtes maintenant convaincuEs que la démystification est pour vous. C’est justement le temps de s’inscrire à la formation qui a lieu le samedi 5 février prochain. Pour information, contactez Kévin Lavoie au 418-523-5572 ou à demystification@grisquebec.org. Faites vite, les places sont limitées!

Émile P., v.-p. aux finances

dimanche 9 janvier 2011

[J-14] Spectacle-bénéfice du GGUL : les 7 péchés capitaux.

Il ne reste que 14 jours avant le spectacle-bénéfice du GGUL! Sous le thème des 7 péchés capitaux, plusieurs de nos membres ont concocté divers numéros pour représenter ces derniers. Que ce soit par la danse, le chant ou le théâtre c'est un spectacle haut en couleur qui vous attend au Drague le 23 janvier 2010 à 20h. À vrai dire, il serait presque péché de manquer une telle soirée... Pour vous faire patienter, des photos seront dévoilées d'ici la date ultime dévoilant peu à peu des bribes du spectacle... Pour plus d'informations, consultez notre page Facebook ou notre site Internet.

Voici la première photo vous dévoilant un élement du spectacle...

samedi 8 janvier 2011

Démystifions la démystification version GRIS-Québec!

Démystiquoi? Quelle idée de commencer un article avec un mot que personne ne connaît? Vous désirez une explication n’est-ce pas? Juste requête à laquelle je m’empresse de répondre par une définition personnelle :

« La démystification est un atelier de sensibilisation de type témoignage dans lequel deux bénévoles, idéalement un homme et une femme, répondent aux questions de l’assistance en fonction de leur vécu homosexuel ou bisexuel. »

Comprenons-nous bien. La démystification n’est pas une conférence, car l’accent est mis sur le vécu des bénévoles et non sur des statistiques ou sur des connaissances scientifiques. Ce n’est pas non plus un débat à saveur philosophique ou politique. Selon l’équipe du GRIS-Québec (Groupe régional d’intervention sociale de Québec), le vécu personnel est la seule information qui n’est pas contestable. Ainsi, sauf exceptions, les bénévoles répondent aux questions des participantEs en fonction de leur expérience comme personne gaiE, lesbienne ou bisexuelLE.

D’accord, mais qui sont ces bénévoles? Vous l’aurez deviné, le thème central des ateliers étant l’orientation sexuelle, ce sont d’abord des personnes gaiEs, lesbiennes ou bisexuelLEs. Les hétéros ouverts à la cause ne peuvent donc pas faire de démystification? Non, car les bénévoles racontent leur histoire personnelle en lien avec leur homosexualité ou leur bisexualité. Et les âges? Les bénévoles doivent être majeurEs, mais il n’y a pas d’autre contrainte d’âge; il y a des jeunes et des moins jeunes (entre 18 et plus de 60 ans). Et pas besoin de diplôme en psychologie ou en service social : l’appartenance professionnelle est très variée parmi les bénévoles.

En fait, le processus de recrutement est le suivant : chaque bénévole potentielLE est rencontréE par l’intervenantE responsable des démystifications au GRIS-Québec. Les démystifications sont expliquées à l’intéresséE, puis l’intervenantE lui pose des questions sur son vécu homosexuel ou bisexuel. Après cette rencontre, la personne peut généralement s’inscrire à la formation la plus proche, qui est obligatoire pour faire des démystifications. Longue d’une journée de fin de semaine, elle comporte plusieurs ateliers animés par des démystificateurs et démystificatrices expérimentéEs. Les participantEs sont plongés rapidement dans l’action et apprennent à répondre aux questions les plus souvent posées en démystification. À la fin, ils s’exercent devant public dans le cadre d’une simulation. Programme chargé qui mérite un souper au restaurant en compagnie des autres participantEs et de l’équipe de formation! Il suffit ensuite d’observer une ou deux démystifications et lorsque l’on se sent prêt, on donne son nom pour en animer.

Votre curiosité titillée vous imprègne maintenant d’un ardent désir d’en savoir plus. Je le sens derrière l’écran. Dans ma grande bienveillance, j’assouvirai votre soif de connaissance par le récit d’une démystification typique telle que vue par des bénévoles devant une classe d’école secondaire… Lisez bientôt le prochain article!

Émile P., v.-p. aux finances